Côté cuisine, Plat

Des envies toute simples

08/12/2014

    On y est, il fait froid, nous avons enfin l’impression d’être dans notre hémisphère, en décembre, bref, tout est rentré dans l’ordre… Avec ce froid, nous sommes en train de changer notre quotidien en cuisine: finies les demies-mesures, on veut du consistant, voire du gras! Les envies de raclette, fondues et autres plats à base de fromage et/ou de patates nous taraudent, nos rêves sont faits de tarte aux noix (faites-moi penser qu’il faut à tout prix que je vous écrive un article à ce propos!), de chocolat chaud, de marrons… Et pourtant, on s’était juré de faire maigre avant et après Noël mais là, c’est trop rude, passer de 15 degrés à 3, franchement, ce n’est pas possible sans un petit réconfort calorique.

Et la recette dans tout ça?

  Je vous entends (oui, appelez-moi Jeanne), vous vous demandez par conséquent quel plat je vais vous proposer pour boucher vos artères. C’est là que vous serez peut-être déçu: la semaine dernière, j’ai moi aussi eu envie de plats chauds, consistants, mais après une raclette en début de semaine, mon petit corps demandait aussi un peu de légume. J’aurais pu faire une tarte, mais j’en fais assez régulièrement, cela ne satisfaisait pas mon envie de changement. Le cahier des charges était donc le suivant: pas trop contraignant, avec un peu de légumes, mais consistant, chaud, savoureux. Alors, en ouvrant le placard, le verdict est tombé. Ce sera un risotto.

Heu… un risotto rapide??

    Le risotto est encore un plat sur lequel j’avais pas mal de préjugés. Détestant le riz au lait – oui je sais, je vous déçois, mais c’est un vieux traumatisme d’enfance – j’avais peur du mélange que cela supposait: le tout me paraissait gluant, je ne comprenais pas l’idée de mélanger du fromage avec du riz, bref, je n’en ai pas goûté pendant bien longtemps. Il faut dire que du riz, on en mangeait déjà pas mal à la maison, et qu’on adorait ça. C’était à la fois quasi quotidien et sacré. Un peu comme la baguette de pain.

    Je ne me souviens pas de mon premier risotto, mais petit à petit, l’idée avait dû faire son chemin et depuis, j’en ai dégusté et cuisiné plusieurs. Mais voilà, le risotto a mauvaise presse chez la ménagère: il ne cuit pas en deux secondes, il nécessite une surveillance, des ingrédients que l’on n’a pas forcément sous la main… C’est en tous cas ce que tout un chacun pense en général. Et il faut reconnaître qu’en effet, si vous recevez ou que vous voulez vous faire un peu plaisir, il vaut mieux faire un risotto dans les règles de l’art. Mais dans le cas qui nous intéresse, vous avez par exemple trois bouches à nourrir, mais aussi du travail et quelques menues taches ménagères à accomplir dans un temps limité? Et bien si si, je vous affirme que vous pouvez réaliser un très bon risotto en suivant ma recette!

10819117_10152930140791907_653024373_n

Risotto au poireau et rutabaga, brunoise de champignons de Paris

Pour 4 personnes (en plat principal)

2 rutabagas

1 blanc de poireaux

300 g de champignons de Paris

1 échalote

4 verres de riz arborio (riz rond pour risotto)

75 cL de bouillon (eau + bouillon cube)

20 g de parmesan

10 cL de crème liquide

Du rutabaga???

   Là, je fais une pause dans la recette pour vous expliquer que le rutabaga, je ne le connais que depuis une semaine! Je faisais les courses quand je suis tombée dessus, et du coup je me suis dit que pour vous, j’allais le tester (et aussi un peu pour moi, je l’avoue).

Gustativement, ça se rapproche du navet. Sinon, tout simplement, ça s’épluche, et ça se fait cuire à la poêle, à l’eau… Comme c’est une chaire bien rude, ça met un peu de temps à cuire. Mais dans cette recette, il est découpé en brunoise et profite de la cuisson du riz, donc cela ne prend pas tant de temps. Voilà, vous savez tout, je peux reprendre la recette.

La recette, le retour

      Préparer 75 cL de bouillon. Le mieux, c’est quand on a déjà préparé un bouillon aromatique, mais si, comme moi l’autre jour, on n’a pas le temps, on peut tout à fait faire fondre un bouillon cube (à vous de choisir la saveur: cube or, bouillon de poule, bouillon de légumes…) dans de l’eau bouillante.

    Dans une casserole, faire fondre une bonne noix de beurre, puis ajouter l’échalote et le poireau émincés, le rutabaga coupé en brunoise (en tout petits cubes), les 4 verres de riz arborio. Remuer jusqu’à ce que le riz soit translucide, puis ajouter peu à peu le bouillon (par exemple, une louche après l’autre), en baissant le feu – feu moyen, voire doux. A chaque ajout de bouillon, remuer légèrement, attendre un peu que le riz absorbe le bouillon, et remuer encore, jusqu’à absorption complète, puis renouveler l’opération jusqu’à ce que vous n’ayez plus de bouillon. Dans une vraie recette de risotto, on vous dirait de rester à côté de votre casserole, et de remuer sans arrêt, puis de mouiller au vin blanc. C’est vrai, c’est meilleur, c’est plus sûr etc… Mais dans le cas qui nous occupe, on peut envisager de faire autre chose, tout en restant près de la casserole. Par exemple, entre deux absorptions de bouillon, on peut se permettre de mettre la table, ou de couper les champignons de Paris en brunoise et de les faire revenir dans une poêle avec un filet d’huile avant de les assaisonner. Ou même de se boire un verre de vin au lieu de l’ajouter dans le risotto, ou de passer un petit coup de fil, bref, du moment que vous touillez de temps en temps pour éviter que le riz n’accroche, ça devrait bien se passer.

    Une fois que la totalité du bouillon a été absorbée, baisser encore le feu, puis ajouter progressivement la crème et le parmesan, sans cesser de remuer, cette fois-ci. Quand le risotto a pris la consistance voulue (crémeux mais pas liquide), retirer du feu, goûter et rectifier l’assaisonnement. Servir et ajouter sur la portion de riz un peu de brunoise de champignons.

Bonne dégustation!

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Delphine 08/12/2014 at 22:45

    Hummmm tu me donnes une furieuse envie de refaire un risotto !
    Après y’a la technique encore plus flemmarde mais ça ressemble plus à du riz pilaf. Ca m’arrive de mettre tout le volume de bouillon dès le départ. Alors le résultat est différent, ne nous mentons pas, mais ça peut être aussi très savoureux !
    Pour le rutabaga, ça me tente moins mais pourquoi pas, sait-on jamais !

    • Reply masala book 09/12/2014 at 20:41

      Ahah ta technique est peut-être flemmarde mais si c’est réussi et que ça te plaît: c’est une bonne technique! Alors merci pour le partage. Le goût du rutabaga est très discret dans ce risotto, et ça permet de goûter un nouveau truc et d’augmenter (un peu) sa portion de fruits et légumes quotidienne. 😀

  • Reply aux fourneaux 09/12/2014 at 10:46

    J’adore le risotto et le tien est bien appétissant, tout ce que j’aime 🙂
    Manuella

    • Reply masala book 09/12/2014 at 20:39

      Merci pour ce commentaire et bienvenue sur mon tout jeune blog! Du coup je découvre à l’instant le tien, ravie d’avoir un blog à savourer (mais je vais avoir de la lecture, tu n’es pas une débutante!) et je suis contente de t’avoir un peu inspirée aujourd’hui. .-)

  • Reply Anousha 09/12/2014 at 12:05

    Mmmh j’ai envie d’essayer! Mais je n’aime pas le navet, alors j’ai un peu peur du rutabaga… les goûts se ressemblent vraiment?

    • Reply masala book 09/12/2014 at 20:43

      Non, pas tant que ça dans cette recette (je n’affectionne pas trop le navet non plus). Tout seul par contre, je pense que oui, ça doit ressembler à la fois au navet et au radis noir. Ici, le rutabaga apporte un peu de croquant mais je trouve que l’équilibre des saveurs est bien respecté. A toi de jouer!

  • Reply Shasta 02/01/2015 at 04:30

    You post interesting articles here. Your blog deserves much more traffic.
    It can go viral if you give it initial boost, i know very useful
    service that can help you, simply type in google:
    svetsern traffic tips

  • Leave a Reply