Côté cuisine, Maman masala

Bye bye muesli

21/10/2018

Je ne me souviens plus comment tout a commencé. Mais un jour d’août, au coeur de notre désoeuvrement d’enseignant, en pleine découverte de notre nouvelle routine suite à notre déménagement, dans un élan culinairo-sporto-écolo-parental, on a bouleversé notre quotidien. Comme ça. Paf. On est des fous. En sept mots comme en cent : on a décidé de petit déjeuner salé.

Pourquoi c’est une idée de folie?

C’est une idée de folie parce que cela fait des années lumière que nous mangeons sucré, surtout les enfants, et que notre consommation de céréales frôlait l’indécence. La plupart du temps, j’essayais de ne pas trop acheter de paquets de céréales et, arrivés au milieu de semaine, l’un d’entre nous était obligé d’aller en racheter. Devant cette sur-consommation  –  là, je m’arrête un instant pour jeter la pierre aux trois êtres masculins qui partagent ma vie, car c’était eux les plus gros dévoreurs de mueslis en tous genre et autres flocons, riz soufflés ou pétales – , j’avais déjà tenté plusieurs stratégies: les alternatives à base de tartines, les céréales faites maison… Mais la chose ne tenait pas longtemps: faire ses propres céréales prend un peu de temps, et coûte pas mal d’argent, et les tartines lassaient rapidement les enfants.

Pourquoi ça nous a pris?

Quand je dis que je ne me souviens pas du pourquoi du comment, je ne suis pas complètement franche. Je me souviens qu’en août, on avait du temps devant nous. Je me souviens qu’on avait envie de faire plus de sport. Je me souviens qu’on a acheté un pèse-personne mesurant le taux de graisse, la masse musculaire et toutes ces sortes de choses. Je me souviens d’une discussion sur les petits-déjeuners salés. Je me revois consulter des livres, des sites, pour éviter de manger du bacon et des saucisses tous les matins. Je nous entends discuter calories et fringales… Une envie de consommer moins, moins de sucres, d’adopter une certaine forme de chrononutrition, d’éviter la fringale de 10h du matin, et d’avoir un régime un peu plus… sportif.

Comment ça se passe?

Concrètement, qu’est-ce qui a changé?

Pour les adultes, petit déjeuner salé: pancakes maison, fromage frais ou fromage en tranches, oeuf parfois, jambon ou équivalent parfois. Quand un bol de céréales, qui semblait nous rassasier pleinement à 7h, nous laissait sur notre faim dès 9h30, une ration de 2 ou 3 pancakes nous permet de tenir sans aucun problème jusqu’à 12h.

Les enfants, eux, ont encore le choix, mais ne mangent plus de céréales de marques ultra connues et sucrées (principalement à cause du combat qu’ils mènent contre l’huile de palme, mais ça, c’est une autre histoire). Ils ne se lassent pas des pancakes et prennent plaisir à les cuisiner avec moi. Ils troquent régulièrement le beurre contre du fromage frais. Ils n’ont pas l’air d’avoir faim.

Vous me direz que faire des pancakes est extrêmement chronophage. Je vous rétorque tout net: non. Avec ou sans robot, préparer la pâte nécessite 5 à 10 minutes. Ma recette (celle de Thermomix, rendons à César blablabla…) ne demande pas de temps de repos. Faire cuire les pancakes prend plus de temps (15 min environ), mais comme je n’ai pas besoin de rester tout le temps près de la poêle, en attendant de les retourner, je fais autre chose (une découpe de légumes, un brin de ménage, une récitation de poésie avec mon grand, un câlin avec mon petit, un chapitre à lire, un numéro de claquettes, des pompes, du macramé, une série de microsiestes, bref, vous faites bien ce que vous voulez, je ne vous demande rien), et ça se passe bien.

 

Alors si vous avez faim au milieu de la matinée, que vous voulez consommer moins de sucre, vous aussi, passez au petit déjeuner salé!

 

 

La recette de pancakes de Thermomix, pour une bonne vingtaine de pancakes

50 g de beurre fondu

300 g de lait

2 oeufs

30 g de sucre

200 g de farine

10 g de levure

Mélanger tous les ingrédients dans cet ordre: le beurre fondu, le lait, les oeufs battus avec le sucre, la farine, la levure. Bien fouetter pour obtenir une pâte homogène et sans grumeaux. Faire chauffer une poêle anti-adhésive, y déposer de petites louches de pâte à pancakes, et attendre de voir apparaître des bulles sur toute la surface avant de les retourner.

C’est meilleur chaud, mais ça se consomme aussi froid. Pour les conserver plusieurs jours, attendre qu’ils aient refroidis avant de les mettre dans une boîte fermée ou bien de recouvrir l’assiette de film alimentaire et de mettre le tout au frigo.

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Anousha 23/10/2018 at 22:50

    Il faudrait que j’essaie, mais il faut que je trouve un truc facile à mettre dessus car j’emporte mon petit-déj au travail comme je n’arrive pas à manger le matin. Jusqu’à la fin de l’été c’était smoothies mais là je suis passée au yaourt + fruits (en gros, le contenu du smoothie mais non mixé !).

    • Reply masala book 24/10/2018 at 18:17

      Si je te dis FROMAGE, je suis sûre que tu adhères! Tu peux te laver les dents, au boulot? XD

  • Reply Anousha 25/10/2018 at 08:54

    J’ai un peur de manger du fromage tous les matins, vu que j’en mange déjà tous les soirs (et souvent le midi) 😀 Mais ça peut être une alternative aux fruits certains matins car je commence à me lasser un peu… Va falloir que j’apporte une brosse à dents et un dentifrice ici en effet 😀

  • Reply Delphine 01/11/2018 at 10:31

    Ah c’est grande interrogation du petit déj qui nous tient toute la matinée… un an que j’y réfléchis mais je n’ai pas trouvé de solutions, surtout que je ne peux pas manger de fromage, de céréales complètes ou encore de fruits crus sans être malade.
    Comme Anousha, je ne mange pas chez moi le matin, mais ta solution me tente, je vais réfléchir à la façon de l’adapter. Merci pour ce partage !

    • Reply masala book 02/11/2018 at 21:20

      De rien! Tu manges au collège?? Je réfléchis à des alternatives non sucrées au fromage, je mettrai ici le résultat de mes expériences!

    Leave a Reply

    %d blogueurs aiment cette page :